Dès octobre 2018


Le lancement du réseau Oncobulle est prévu pour octobre 2018.  Initié par l’association pour compléter l’offre de soins existante en milieu hospitalier, le réseau regroupe des « oncobulles » : espaces de soins d’onco-esthétique labellisés. Ces « oncobulles » offrent les garanties essentielles d’un accompagnement professionnel et de qualité.  Elles sont localisées à l’extérieur des hôpitaux et proches des lieux de vie.  Elles accueillent des personnes touchées par le cancer pendant mais aussi après les traitements.  Les soins y sont payants. Les oncobulles sont des espaces de soins près de chez soi pour se ressourcer et retrouver un bien-être en toute quiétude, à tous les stades de la maladie.

Dès octobre 2018


Le lancement du réseau Oncobulle est prévu pour octobre 2018.  Initié par l’association pour compléter l’offre de soins existante en milieu hospitalier, le réseau regroupe des « oncobulles » : espaces de soins d’onco-esthétique labellisés. Ces « oncobulles » offrent les garanties essentielles d’un accompagnement professionnel et de qualité.  Elles sont localisées à l’extérieur des hôpitaux et proches des lieux de vie.  Elles accueillent des personnes touchées par le cancer pendant mais aussi après les traitements.  Les soins y sont payants. Les oncobulles sont des espaces de soins près de chez soi pour se ressourcer et retrouver un bien-être en toute quiétude, à tous les stades de la maladie.

Historiquement, l’onco-esthétique s’est développée dans les établissements de soins.  Les praticiens sont rémunérés en grande partie par des associations ce qui permet d’offrir la gratuité des soins aux patients. Les budgets des associations étant limités, l’offre de soins reste insuffisante et peine à se développer par faute de moyens financiers.  Pour dépasser cette problématique, l’association Oncobulle initie un nouveau réseau d’espaces de soins d’onco-esthétique labellisés : le réseau Oncobulle. Plusieurs spécificités démarquent ce réseau : les soins sont payants, les espaces de soins sont localisés en dehors des hôpitaux et proches des lieux de vie, le professionnalisme des praticiens est validé par un label de qualité, la prise en charge peut durer aussi

longtemps que la personne le souhaite, la gamme de soins est plus large avec notamment l’intégration de nouvelles techniques (dermo-pigmentation, micro-needing, tatouage 3D aréole mammaire, …).  Pour couvrir plus d’endroits et offrir des garanties supplémentaires aux clients, l’association désire aussi sensibiliser certaines structures afin qu’elles hébergent une oncobulle.  C’est ainsi que demain, nous pourrions voir des oncobulles dans les pharmacies, les centres paramédicaux, les résidences-services.  Avec un lancement prévu pour octobre 2018, l’application « Je trouve une Oncobulle » permettra de rendre toutes ces oncobulles visibles.

Historiquement, l’onco-esthétique s’est développée dans les établissements de soins.  Les praticiens sont rémunérés en grande partie par des associations ce qui permet d’offrir la gratuité des soins aux patients. Les budgets des associations étant limités, l’offre de soins reste insuffisante et peine à se développer par faute de moyens financiers.  Pour dépasser cette problématique, l’association Oncobulle initie un nouveau réseau d’espaces de soins d’onco-esthétique labellisés : le réseau Oncobulle. Plusieurs spécificités démarquent ce réseau : les soins sont payants, les espaces de soins sont localisés en dehors des hôpitaux et proches des lieux de vie, le professionnalisme des praticiens est validé par un label de qualité, la prise en charge peut durer aussi longtemps que la personne le souhaite, la gamme de soins est plus large avec notamment l’intégration de nouvelles techniques (dermo-pigmentation, micro-needing, tatouage 3D aréole mammaire, …).

Pour couvrir plus d’endroits et offrir des garanties supplémentaires aux clients, l’association désire aussi sensibiliser certaines structures afin qu’elles hébergent une oncobulle.  C’est ainsi que demain, nous pourrions voir des oncobulles dans les pharmacies, les centres paramédicaux, les résidences-services.  Avec un lancement prévu pour octobre 2018, l’application « Je trouve une Oncobulle » permettra de rendre toutes ces oncobulles visibles.

« Après les traitements, je continuais à être très fatiguée et tendue. J’ai pris rendez-vous pour un massage. Devant la cicatrice de ma mastectomie l’esthéticienne m’a dit : « En tout cas moi je ne pourrais pas vivre comme ça… ».

Salomé