Conseils en image


Dans une société où le paraître tient une place prépondérante, vivre une épreuve comme le cancer peut engendrer une réelle détresse psychologique. Le risque d’isolement social est accru. Suite aux traitements, l’image de soi et l’identité sont souvent perturbées. De nombreuses craintes émanent : « À quoi vais-je ressembler ? Mon entourage va-t-il me reconnaître ? Comment vont-ils me regarder ?». Le regard-miroir des autres devient encore plus important qu’auparavant. Un regard pas toujours tendre dans un moment de grande vulnérabilité. La prise en charge des aspects physiologiques et psychologiques reste donc une priorité en termes de qualité de vie.

Conseils en image


Dans une société où le paraître tient une place prépondérante, vivre une épreuve comme le cancer peut engendrer une réelle détresse psychologique. Le risque d’isolement social est accru. Suite aux traitements, l’image de soi et l’identité sont souvent perturbées. De nombreuses craintes émanent : « À quoi vais-je ressembler ? Mon entourage va-t-il me reconnaître ? Comment vont-ils me regarder ?». Le regard-miroir des autres devient encore plus important qu’auparavant. Un regard pas toujours tendre dans un moment de grande vulnérabilité. La prise en charge des aspects physiologiques et psychologiques reste donc une priorité en termes de qualité de vie.

Les atteintes de l’image corporelle en oncologie sont multiples et diffèrent selon les thérapeutiques employées.  Ainsi la chirurgie peut conduire à la perte d’un membre, à une cicatrice cutanée disgracieuse. La chimiothérapie renvoie souvent à la perte des cheveux, sourcils et cils. L’alopécie remet en cause la féminité et le pouvoir de séduction, et constitue souvent un traumatisme difficile à assumer par les femmes et parfois aussi par les hommes.  La radiothérapie peut affecter le corps par des effets cutanés indésirables et des brûlures au niveau de la zone irradiée. L’hormonothérapie bouleverse les cycles féminins et masculins et précipite ménopause et andropause avec souvent une prise pondérale.  Les troubles de l’image corporelle en oncologie sont donc fréquents et doivent être accompagnés. Les soins d’onco-esthétique peuvent

répondre à ces situations. Le conseil en image est un outil qui permet de valoriser la personne au travers de conseils personnalisés autour de la couleur, du vêtement, du style, du maquillage, de la coiffure.  Cette approche participe à une meilleure estime de soi si nécessaire dans l’épreuve du cancer.  Le corps «modifié» entraine souvent une perte d’estime de soi, qui, à son tour, peut affecter la vie relationnelle et familiale. Le couple est souvent mis à l’épreuve. Il faut ré-apprivoiser petit à petit la nouvelle image de l’être aimé et prendre en charge un rôle social que la personne malade ne peut plus exercer (prise en charge des enfants, des repas, de la logistique…).   Un manque d’accompagnement des troubles de l’image de soi peut accélérer des ruptures ou abandons. Actuellement, 1 couple sur 4 en vient à se séparer.

Les atteintes de l’image corporelle en oncologie sont multiples et diffèrent selon les thérapeutiques employées.  Ainsi la chirurgie peut conduire à la perte d’un membre, à une cicatrice cutanée disgracieuse. La chimiothérapie renvoie souvent à la perte des cheveux, sourcils et cils. L’alopécie remet en cause la féminité et le pouvoir de séduction, et constitue souvent un traumatisme difficile à assumer par les femmes et parfois aussi par les hommes.  La radiothérapie peut affecter le corps par des effets cutanés indésirables et des brûlures au niveau de la zone irradiée. L’hormonothérapie bouleverse les cycles féminins et masculins et précipite ménopause et andropause avec souvent une prise pondérale.  Les troubles de l’image corporelle en oncologie sont donc fréquents et doivent être accompagnés.

Les soins d’onco-esthétique peuvent répondre à ces situations. Le conseil en image est un outil qui permet de valoriser la personne au travers de conseils personnalisés autour de la couleur, du vêtement, du style, du maquillage, de la coiffure.  Cette approche participe à une meilleure estime de soi si nécessaire dans l’épreuve du cancer.  Le corps «modifié» entraine souvent une perte d’estime de soi, qui, à son tour, peut affecter la vie relationnelle et familiale. Le couple est souvent mis à l’épreuve. Il faut ré-apprivoiser petit à petit la nouvelle image de l’être aimé et prendre en charge un rôle social que la personne malade ne peut plus exercer (prise en charge des enfants, des repas, de la logistique…).   Un manque d’accompagnement des troubles de l’image de soi peut accélérer des ruptures ou abandons. Actuellement, 1 couple sur 4 en vient à se séparer.

«  Après ma chimiothérapie, mes cheveux sont tombés. J’ai aussi perdu mes cils et mes sourcils.  J’étais devenue une « sans visage »… Une onco-esthéticienne formidable m’a aidé à trouver une perruque, m’a conseillée pour le maquillage. Grâce à ses soins et son écoute je n’étais plus une patiente mais tout simplement une femme. »

Annick